Liens avec les masses d’eau souterraine

Les terrains les plus récents sont ceux de l’ère Quaternaire : il s’agit de sédiments déposés par les cours d’eau dans les fonds de vallées. Suivant la nature géologique du bassin et la vitesse des eaux qui les ont transportées puis déposées, la finesse des alluvions   varie depuis les argiles jusqu’aux galets, en passant par les limons, les sables et les graviers. L’épaisseur de ces dépôts varie de 5 à 10 mètres en moyenne sur le district. Localement, en Basse vallée de Seine, des épaisseurs de 40 mètres sont observées. Les masses d’eau souterraine   alluvionnaires mettent spécifiquement ces terrains en évidence et sont référencées de HG001 à HG008.

Les terrains du Tertiaire correspondent aux formations sédimentaires les plus récentes déposées dans le district. Les formations des âges Pliocène, Miocène, Oligocène et Eocène supérieur abritent plusieurs aquifères superposés (Calcaire   de Beauce, Calcaire   de Pithiviers, Calcaire   d’Etampes, Sables de Fontainebleau, Calcaire   de Brie et Calcaire   de Champigny-Château Landon) regroupés sous le nom générique « d’aquifère   multicouche du Calcaire   de Beauce ».
On rencontre ce dernier dans les MESO GG092, GG135 et HG102 à HG105.

Puis les formations de l’Eocène regroupent deux grands ensembles aquifères pouvant être individualisés en fonction des étages géologiques : « l’aquifère   multicouche du Calcaire   de Champigny » pour l’Eocène supérieur et « l’aquifère   multicouche du Calcaire   grossier et des Sables du Soissonnais » pour l’Eocène moyen et inférieur. Cela concerne les MESO HG103 à HG107.

Les terrains du Secondaire sont très largement représentés par les formations crayeuses du Crétacé supérieur (MESO HG201 à HG213, GG080 et GG081). On distingue également les formations sablo-argileuses du Crétacé inférieur (MESO HG214 à HG218) et les calcaires du Jurassique :

  • calcaires du Portlandien et Jurassique supérieur (MESO HG302 à HG304)
  • calcaires du Kimméridgien et de l’Oxfordien du Jurassique supérieur (MESO HG305 à HG307)
  • calcaires du Dogger du Jurassique moyen (MESO HG308 à HG310)

Les formations du Lias et du Trias constituent la base de la série sédimentaire du bassin parisien. Ces formations calcaires et détritiques reposent sur les terrains de socle et n’affleurent qu’en bordure du Morvan (masse d’eau   3401, 4060), en bordure du plateau de Langres (MESO B1007), et dans le Cotentin et le sud du Bessin (MESO HG402).

Les terrains anciens du Primaire et du Précambrien (masses d’eau de socle, Trias, Lias-Jurassique inférieur) constituent le substratum général de cette vaste cuvette sédimentaire qu’est le bassin parisien. Ils affleurent dans le Morvan (MESO HG501), la Manche et le bocage normand (MESO HG502 à HG507), ainsi que dans les Ardennes (MESO HG508) sous forme de grès  , de schistes, de quartzites et de granites.

Pour en savoir plus :

Lien vers le référentiel des masses d’eau souterraine

Revenir en haut

Liens avec les masse d’eau souterraine

  • Cible : Grand PublicCible : Expert Liens avec les masses d’eau souterraine