Atlas hydrogéologique départemental de l’Eure de 1989

Les deux atlas hydrogéologiques de l’Eure, datés de 1989 et de 2004, mettent à disposition du public un grand nombre d’informations concernant les eaux souterraines   et la géologie :

  • La version de 1989 était constituée d’une carte hydrogéologique du département sur format papier accompagnée d’une notice explicative
  • L’édition de 2004 a permis de réaliser une version actualisée, complétée et numérisée, utilisable sous SIG. Il constitue un véritable outil d’aide à la décision en matière de gestion quantitative et qualitative de la ressource en eau du département

Partenaires

L’atlas hydrogéologique de l’Eure de 1989

La version de 1989 de l’atlas hydrogéologique du département de l’Eure, réalisé par le BRGM et financé par le Ministère de l’Industrie, le Conseil Général de l’Eure, l’Agence financière de Bassin Seine-Normandie et le BRGM, a été publiée sur support papier. Cet atlas comporte une notice explicative se rattachant à une carte piézométrique   sur fond IGN. Ils forment une synthèse des observations et des études réalisées dans le département en matière d’eau souterraine de 1967 à 1989.
La notice fait état de l’essentiel des connaissances des contextes physiques et climatique et des eaux souterraines   du département. Elle traite plus spécialement de la description des principaux aquifères et de l’exploitation des nappes ainsi que des problèmes touchant à leur vulnérabilité et à la préservation de leur qualité.
La carte principale à l’échelle 1/100 000 et datée de 1989 présente un ensemble de données concernant la géologie, l’hydrographie, les eaux souterraines   et les risques de pollutions des eaux. Elle donne une image de la surface de la nappe de la craie   et de l’organisation des écoulements en période d’étiage.
Cette carte présente également une piézométrie   de la nappe tertiaire. Le tracé de la piézométrie   de la nappe tertiaire concerne essentiellement le plateau de Madrie. Il a été réalisé chaque fois que les points d’observations (puits  , sources) étaient assez nobmreux. Ce n’est le cas que pour le plateau de Madrie entre Seine et Eure. Les observations faites sur le plateau de Madrie montrent que les niveaux mesurés concernent la nappe contenue dans les terrains batoniens, lutétiens et cuisiens.
Cette version de l‘atlas hydrogéologique de l’Eure n’est aujourd’hui plus éditée. Les données qu’elle contient ont près de 30 ans et rendent une partie de son contenu obsolète. Par ailleurs, le support papier de l’atlas est désormais supplanté par le développement des nouveaux outils que sont les systèmes d’informations géographiques (SIG).
A noter toutefois que cette Atlas a été numérisé et partiellement vectorisé.
Les données numérisées sont téléchargeables ci-dessous :

Les données vectorisées à partir de la carte papier sont téléchargeables ci-dessous :

Bibliographie

  • Arbonnier G., Equilbey E., Hanot F., Mardhel V., Pointet T., Quesnel F., Robelin C., Schomburgk S., Tourlière B. (2004) - Atlas hydrogéologique numérique de l’Eure. Volet cartographie de l’aquifère de la craie. Rap. BRGM/RP-52989-FR, 90 p., 38 fig.,2 tabl., 1 ann.
  • Equilbey E., Normand M., Schomburgk S. (2004) – Atlas hydrogéologique numérique de l’Eure. Volet bilan quantitatif de l’aquifère de la craie. Rap. BRGM/RP-52988-FR, 148 p., 44 fig., 17 tabl., 3 ann.
  • Chemin J., Hole J.-P., Pernel F., Peckre M. (1989) – Notice de l’atlas hydrogéologique de l’Eure, 72 p., 23 fig., 13 tab.

Revenir en haut