Bulletin de situation hydrologique du bassin Seine-Normandie de l’année 2014

Le bulletin de situation hydrologique du bassin Seine-Normandie de l’année 2014 est maintenant accessible sur le SIGES Seine-Normandie.

Ce bulletin est téléchargeable dans la rubrique dédiée « Bulletins de situation de nappes »

Synthèse

Entre janvier et décembre 2014, le remplissage des nappes et les débits des cours d’eau du bassin Seine-Normandie sont restés satisfaisants, légèrement supérieurs à la normale du fait d’une pluviométrie annuelle uniforme et légèrement excédentaire.

En conséquence d’une année hydrologique 2013 humide, le début d’année 2014 faisait état d’une situation légèrement supérieure à la normale, que les pluviométries importantes de janvier et février ont confortée (pluviométrie excédentaire de 19% en moyenne en janvier et 42% en moyenne en février, surtout à l’ouest du bassin). Malgré l’accentuation des précipitations   efficaces du début d’année, la recharge   hivernale 2013–2014 des nappes a été moindre que l’année précédente.

Cette situation favorable s’est poursuivie jusqu’au printemps. L’observatoire national des étiages (ONDE) montrait que 95% des stations présentaient un écoulement visible en mai. Les précipitations   étant déficitaires de mars à juin (en particulier en Champagne-Ardenne), les hydraulicités des cours d’eau ont considérablement baissé sur l’amont du bassin pour devenir inférieures à la normale. Le réseau ONDE faisait état d’une dégradation plus marquée dans la partie est du bassin avec 20 stations en rupture d’écoulement et 26 en assec à la fin du mois de juin. Le printemps très sec a entrainé un sous remplissage des lacs réservoirs ; le déficit est principalement observé sur le lac-réservoir Marne   (83% de la capacité normale).

Les fortes précipitations   généralisées de juillet et août ont conduit à des hydraulicités des cours d’eau en hausse sur tout le bassin, particulièrement élevées sur les bassins du Loing et de l’Eure. Au 27 août 2014, dix stations ONDE étaient en rupture d’écoulement et 15 en assec.
Ces précipitations   estivales ont eu un effet bénéfique prolongé sur les nappes ; la vidange estivale a souvent été ralentie permettant aux niveaux de se maintenir à la normale. Malgré ces conditions favorables, des disparités persistent et la situation reste sensible dans certains secteurs où des niveaux sont localement encore très bas.

Sur l’année hydrologique septembre 2013–août 2014, le cumul des précipitations   par région est supérieur à la normale de 20% en moyenne (jusque +30% en Normandie).

À partir de septembre, la vidange estivale des cours d’eau s’est progressivement généralisée
à l’échelle du bassin. Les hydraulicités étaient normales ou supérieures à la normale sur l’amont du bassin, et plus basses en Basse-Normandie.

En fin d’année 2014, malgré des conditions climatiques automnales plus sèches (déficit de 10
% en moyenne), la reprise de la recharge   est quasiment généralisée sur tout le bassin et les niveaux des nappes sont proches ou supérieurs aux normales. Les débits mensuels se recentrent autour de la normale.

Revenir en haut

Actualités