Grand-Est (ex-Champagne-Ardenne)

Liste des articles concernant le territoire de Champagne-Ardenne : voir le plan hiérarchique de Grand-Est (ex-Champagne-Ardenne).

Une terre de contraste avec ses forces et ses faiblesses

Le territoire Champagne-Ardenne (Ardennes, Aube, Marne  , Haute-Marne  ) s’étend sur 25 606 km2, soit 4,7% du territoire national, entre le Bassin Parisien à l’Ouest et le bassin lorrain à l’Est. Avec 1 333 163 habitants (2,1% de la population française) et 52 habitants au km2, le territoire Champagne-Ardenne est l’une des moins peuplées du territoire national (115 habitants au km2 en France). Elle est également la seule à perdre chaque année depuis 1999 des habitants (-0,1%), notamment dans les Ardennes et la Haute-Marne  .
L’activité dominante de la Champagne-Ardenne est l’agriculture et la viticulture avec 62% de la superficie totale (74% dans la Marne  ). La forêt avec 26% de superficie est un atout économique et touristique important pour le territoire. La Champagne-Ardenne est l’un des territoires les plus industrialisé de France. Les activités industrielles sont concentrées dans les agglomérations et le long des principaux cours d’eau. L’industrie agroalimentaire domine (2e rang au niveau national) ainsi que les industries traditionnelles (souvent fragilisées dans le contexte actuel) telles que métallurgie et textile, habillement et cuir.

Un château d’eau naturel et une responsabilité importante

La Champagne-Ardenne appartient pour l’essentiel au bassin Seine-Normandie (80%). Cinq cours d’eau majeurs traversent la région (Meuse, Aisne, Marne  , Aube, Seine). De plus trois grands lacs-réservoirs artificiels régulent le débit   de la Seine et de ses affluents et permettent ainsi de protéger l’Ile-de-France des inondations.
La Champagne-Ardenne est en tête des trois bassins hydrographiques de Seine-Normandie, Rhin-Meuse et Rhône-Méditerranée. La préservation de la qualité des espaces naturels et notamment des eaux superficielles et souterraines est un enjeu important sur son territoire mais également pour les régions situées en aval (notamment Ile-de-France). Pour limiter les impacts sur ces territoires, trois priorités ont été définies : préserver les zones humides, poursuivre les actions de renaturation des rivières et réduire les pollutions diffuses.

Des ressources en eaux souterraines   essentiellement crayeuses

La géologie conditionne les paysages de Champagne-Ardenne et lui confère une grande variété de paysage. La Champagne-Ardenne, à l’exception du nord du département des Ardennes (massif hercynien des Ardennes), constitue la bordure Est du Bassin Parisien. Au sens géologique, le Bassin Parisien est une vaste cuvette centrée sur Paris constituée de couches sédimentaires accumulées au centre du Bassin sur environ 3 000 mètres de profondeur au-dessus du socle hercynien. De façon schématique, le Bassin Parisien correspond à une série d’auréoles concentriques (terrains les plus récents aux centre et les plus anciens à la périphérie) délimitées les unes des autres par des coteaux ou cuestas.
A l’affleurement   les terrains qui prédominent en Champagne-Ardenne et constituent des ressources en eaux intéressantes correspondent aux formations crayeuses du séno-turonien, recouvert à l’ouest par les formations du Tertiaire et en vallée par les formations alluviales du Quaternaire. Comparativement, l’intérêt des nappes du Tertiaire, de la craie   glauconieuse et de la Gaize du Cénomanien est plus limité. La nappe de l’Albien n’existe que par l’association locale aux sables de l’Aptien supérieur. Les nappes calcaires sont en partie karstiques, très vulnérables aux risques de contaminations et ont une productivité aléatoire.

Pour plus d’information  : télécharger la synthèse détaillée de Champagne-Ardenne

Revenir en haut

Grand-Est (ex-Champagne-Ardenne)

  • Cible : Grand PublicCible : Scolaire Grand-Est (ex-Champagne-Ardenne)