Suivi de la qualité des eaux brutes

Les eaux souterraines   sont souvent moins bien connues que les eaux de surface (rivières, lacs, retenues). En effet, non seulement les réseaux d’observation sont plus récents mais l’interprétation des résultats du suivi est également difficile. Les nappes sont des objets tridimensionnels dans lesquels les phénomènes ne sont généralement pas homogènes.

Malgré ce constat, l’observation des eaux souterraines   a connu des avancées importantes en France depuis la fin des années 1990.

La qualité des eaux naturelles est appréhendée par des campagnes de prélèvement sur différents ouvrages existants (puits  , forages, piézomètres, sources aménagées ou non), des mesures in situ (température, pH, conductivité, oxygène dissous, potentiel d’oxydo-réduction) et des analyses chimiques en laboratoire. Ces réseaux peuvent répondre aux différents objectifs de contrôle sur les eaux brutes.

L’ensemble des données est bancarisé dans le Portail national d’Accès aux Données sur les Eaux Souterraines   (ADES) et sur le portail Qualit’eau (Mesure de la qualité des eaux de surface).

Revenir en haut